La Compagnie THÉÂTRE DU CYPRÈS


Photos des installations PORTE-CLEF et TOUT L'UNIVERS et photos des séries J'AI MES ... et A LA RECHERCHE D'ACCUEILLANT.ES
© Fabienne Retailleau

La Compagnie Théâtre du Cyprès a été créé le 14 décembre 2008 par Fabienne Retailleau, artiste associée.

 

Après les mises en scène de, MAUDITE MACHINE d’Abla Farhoud, L'ABÉCÉDAIRE DE MARION de Fabienne Retailleau et SANS-TITRE textes de Léo Ferré, la Cie Théâtre du Cyprès a décidé d’élargir son champ artistique pour allier désormais

le Théâtre, l'Installation, la Lecture, la Photographie et la Performance.

 

Ce travail a commencé en 2013 avec PORTE-CLEFS, une recherche plastique suivie par un travail d'écriture. Depuis 2016, cette installation-performance de Fabienne Retailleau est présentée dans des galeries, lors de festivals et à domicile chez des particuliers. Elle porte le costume/tee-shirt J'AI MES RÈGLES ou J'AI MES BOUFFÉES. 

 

Elle propose depuis 2017 aux femmes de les photographier avec ce tee-shirt dans l'espace public. Cette série de photographies J'AI MES... a été exposée et accompagnée de lectures en 2018 et 2019.

 

En 2019, lors de la journée internationale des droits des femmes à Vincennes, la Cie Théâtre du Cyprès a présenté une lecture à 5 voix : DE LA MARGE AU CENTRE de bell hooks.  

 

Nous avons également, lors du PRINTEMPS DES POÈTES 2019 à Ivry-Sur-Seine, créé POÉSIE EN FORME DE ROSE : Une photographie accompagnée d’une lecture à 2 voix, français/italien, de textes de Pasolini.

 

Lors des Journées du Patrimoine et Plein Feux à Ivry-Sur-Seine, Fabienne Retailleau a créé l’installation sonore TOUT L'UNIVERS pour « Le voyage de Gagarine », manifestation publique organisée en 2019 par le Grand Paris et Double Face. 

 

La question de l’hospita­lité, de l’accueil, traverse l’histoire de la Cie Théâtre du Cyprès. Nous avons participé depuis 2017 à différents appels à projet explorant cette question. L’écriture de ces projets a ouvert sur une série de photographies À LA RECHERCHE D’ACCUEILLANT·E·S. 

 

Quelques unes sont présentées dans l'installation-performance RESSOUVENIR, QUOI QU’IL EN COÛTE avec des sculptures (Plantes-Barbelées), un poème de Niki Giannari DES SPECTRES HANTENT L'EUROPE et un monologue de Léonora Miano LE FOND DES CHOSES (extrait de CE QU’IL FAUT DIRE). RESSOUVENIR, QUOI QU'IL EN COÛTE a été présenté le 11 octobre dans le 12ème arrondissement dans une cour d'immueble privée.

De nouvelles dates sont en préparation.